Cycle féminin et sport : les règles du jeu

Cycle féminin et sport : les règles du jeu

Comme toutes les femmes au monde, les sportives n’échappent pas à cette période particulière du mois. Qu’elles soient amatrices ou athlètes de haut niveau, toutes tentent tant bien que mal de concilier sport et menstruations. Cycle féminin et sport : quel impact sur la performance ?

En matière de règles, il n’y a pas de règles

Chaque femme est différente et vit donc différemment cette période particulière des menstruations. Certaines vont avoir des règles abondantes et douloureuses, et d’autres de tout petits saignements. Le tout est de s’écouter, d’écouter son corps et de ne surtout pas hésiter à consulter un médecin ou un gynécologue si nécessaire.

Les menstruations ont-elles un effet sur la performance?

PUBLICITÉ

Lorsqu’on a ses règles, on est moins performante ? C’est faux.  Plusieurs études on été réalisées pour savoir si la performance est influencée au cours du cycle féminin. Hormis les cas spécifiques de règles abondantes et douloureuses,  les menstruations n’ont pas d’effet sur les performances. Toutefois, ces études confirment que ce qui dérange c’est plutôt  la semaine qui précède les règles, celle du syndrome prémenstruel  qui est un ensemble de symptômes physiques et émotionnels qui surviennent habituellement 2 à 7 jours avant les règles et qui prennent fin avec l’arrivée de celles-ci ou dans les jours qui suivent. Les symptômes les plus courants sont la fatigue, les seins tendus et gonflés, la rétention d’eau, les jambes lourdes, le gonflement du bas ventre, les maux de tête et de l’irritabilité.

Oumnia CHAFIK Gymnaste marocaine spécialiste en GR (Gymnastique Rythmique) au conservatoire national de danse à Rabat, nous raconte son expérience avec le cycle menstruel. 

Oumnia confirme que son cycle n’impacte en aucun cas sa performance, déjà elle ne ressent pas de douleurs avant ou pendant ses règles la seule chose qui change c’est le moral ce qui est naturel chez toutes les femmes qu'elles soient sportives ou non. Son entraineur est compréhensif tout comme il est conscient de ces phases dans la vie d'une femme.

Cependant, Yassmine HANINE Gymnaste spéléiste en gymnastique artistique à la Casablancaise témoigne qu’une fois qu'elle arrête les entrainements elle ressent des douleurs insupportables avant et pendant son cycle. Selon des recherches faites sur le sujet, l’exercice physique représente une méthode efficace pour soulager les symptômes menstruels comme la natation, la danse, le Cardio et le Yoga.

Comment adapter sa pratique sportive à son cycle menstruel ?

Pour les sportives de haut niveau, il est primordial d’effectuer un suivi précis de leur cycle afin d’adapter leur entrainement et leur alimentation à ces quatre phases : du premier au dernier jour des règles (phase 1), la fin des règles à l'ovulation (phase 2),  pendant l'ovulation jusqu'à la baisse du taux d'hormones (phase 3) et les quelques jours précédant les règles (phase 4).

À chaque phase son lot de symptômes et de conséquences sur le corps. Le risque de blessure, comme une rupture de ligament croisé, est plus élevé pendant l'ovulation à cause du pic d'œstrogènes, qui fait diminuer la production de collagène, ces protéines qui agissent comme une armure sur les muscles.

L'alimentation est également affectée par les hormones : les études montrent que pendant la première moitié du cycle menstruel, le corps utilise davantage de glucides, alors que dans la deuxième moitié, il préfèrera les lipides.

PUBLICITÉ

 

Vous avez aimé? Partagez :

À voir aussi sur Outdooors :

Ça pourrait t'intéresser :