Covid-19 : les JO 2020, toujours une bonne idée ?

Covid-19 : les JO 2020, toujours une bonne idée ?

Avec l'ampleur que la crise sanitaire prend, il est peut-être temps de se poser la question qui fâche : est-il toujours raisonnable d'organiser les JO de Tokyo ?

À l'heure où tout le calendrier sportif est en léthargie, seuls les Jeux Olympiques tiennent encore tête. Et le Comité International Olympique (CIO) a été très clair là-dessus : les JO auront lieu, même heure, même endroit. Le comité a réaffirmé vendredi dernier qu'aucun report ou projet de modification n'était prévu pour l'instant, pis encore, l’éventualité d'un huis clos n'était pas envisageable. "Il n’y a pas de changement dans la politique du gouvernement et nous coopérons étroitement avec le CIO, le comité d’organisation et le gouvernement de la ville de Tokyo pour continuer de nous préparer à mener à bien les Jeux comme prévu", avait annoncé le porte-parole du gouvernement japonais Yoshihide Suga. Une décision très courageuse, mais risquée surtout.

Alors que les JO sont à moins de cinq mois, cette période sera-t-elle suffisante pour tourner à jamais la page du  Covid-19 ? Pourrons-nous d'ici-là en finir avec le virus ? C'est possible, mais très peu probable. D'autant plus que, jusqu'à présent, nous n'avons toujours pas de visibilité sur l'évolution de la pandémie. Si dans certains pays, notamment la Chine, la situation commence petit à petit à se stabiliser, pour d'autres la contamination n'est qu'à son début. Prendre le risque d'organiser une aussi grande manifestation avec des athlètes de tous les coins du globe et des millions, voire milliards, de spectateurs peut virer au chaos.

En tout cas, la décision du CIO ne fait pas l'unanimité. Sur sa page Twitter, la quadruple championne olympique de hockey sur glace et membre du CIO, Hayley Wickenheiser avait déclaré "voir le CIO insister avec une telle conviction sur le fait que les choses vont aller de l’avant est insensible et irresponsable étant donné l’état de l’humanité". Un avis partagé par le coureur britannique Guy Learmonth. "Nous n’avons aucune idée de la gravité de la situation, et ce que nous avons vu jusqu’à présent pourrait être la pointe de l’iceberg. Bien sûr, le CIO et le monde entier veulent des JO réussis. Mais pour que cela se produise, je crois fermement que l’événement doit être reporté. Je serais heureux s’ils étaient reportés au moins jusqu’en octobre – ou peut-être plus tard en 2021 ou 2022. Au moins, cela donnerait aux athlètes le temps de planifier (leur programme) et de s’entraîner". Ici, le coureur soulève un autre point important : la performance des sportifs. Si, idéalement, tout venait à rentrer de l'ordre d'ici juillet et la situation se stabilisait dans tous les pays, le rendu des sportifs sera fortement impacté. Avec la perturbation de tous les agendas sportifs, y compris ceux des qualifications olympiques, et la mise en quarantaine de plusieurs pays, il est très difficile pour les athlètes de s'entraîner et d'être au meilleur de leur forme pour la compétition.

PUBLICITÉ

D'un autre côté, si le CIO peine à prendre une décision radicale, c'est aussi parce que les enjeux financiers ne sont pas négligeables. Le report des JO engendrera certainement de lourdes retombées économiques. À savoir que le budget officiel de l'événement est de 12,6 milliards de dollars US. Mais d'après un rapport de la Commission de vérification des comptes du Japon publié en 2019, les coûts réels vont s'élever à 26 milliards de dollars. On comprend un peu mieux pourquoi il n'est pas évident de trancher aussi facilement. 

En tout cas une chose est sûre, si la crise sanitaire venait à s'aggraver, le CIO sera dans l'obligation d'annuler les JO au risque de mettre en péril toute la population mondiale.

Légende image principale: cnews.fr

Vous avez aimé? Partagez :

À voir aussi sur Outdooors :

Ça pourrait t'intéresser :