Le rugby, ou comment plaquer sa féminité

Le rugby, ou comment plaquer sa féminité

Sport où la "virilité" est reine, le rugby est la plupart du temps associé aux hommes. Et les femmes dans tout ça ?

Peut-on faire du rugby et rester féminine ? Et bien je pense que pour la plupart la réponse est claire. Non !

"Une femme ne peut pas faire de rugby. C'est beaucoup trop "viril" et violent pour elle. Mesdames, laissez-ça plutôt pour les hommes. Pour vous ça sera de la danse, de L'aérobique, un peu de tennis peut-être ou encore de la natation mais attention à vous laisser aller niveau des muscles. Vous êtes une femme tout de même. Allez, soyons fou, on va même dire un peu de football mais un tout petit peu et ne courrez pas trop vite non plus. Une femme c'est gracieux. Pour l'instant, tout ça peut passer crème. Mais le rugby. Je le redis encore une fois NON. Réfléchissez-y un peu. Avoir un gabarit d'homme des cavernes, transpirer à gogo et crier comme des gladiateurs n'a rien de féminin. Et qu'avons-nous à part notre féminité ? Voudriez-vous ressembler à un homme ? Un garçon manqué ? Une brute ? Je ne pense pas. Alors laissez-moi toutes ces idées farfelues de côté et conformez-vous."

Vous trouvez que c'est du sexisme ? Et bien vous avez raison. Malheureusement, ces clichés sont présents dans beaucoup de disciplines sportives. Le rugby en particulier est un nid de fermentation de ces stéréotypes et idées sexistes.  Et c'est la féminité qui en prend pour son grade. Rugby et féminité ne font pas du tout bon ménage. La première chose qu'on pointe du doigt c'est la corpulence des joueuses, jugée "indaptée pour une femme". Certes, ce sport nécessite une condition physique particulière mais on est loin du gabarit de hulk quand même. La musculature est tout aussi développée qu'une personne faisant un sport lambda. D'un autre côté, il faut savoir qu'avant d'être un sport, le rugby est aussi un métier. C'est une "fonction" qu'on remplit pendant nos "heures de travail". La violence, les cris et tout ce qui va avec, sont laissés sur le terrain. Le reste du temps, les joueuses sont des femmes "normales". Cela va étonner certains mais oui elles peuvent même s'aventurer dans des "cercles féminins". Donc, rassurez-vous, pas de risque de coup ou de blessure en côtoyant une rugby women, enfin peut-être. Évitez juste de l'énerver.

PUBLICITÉ

Mais, une question se pose : Qu'est-ce que la féminité au final ? Faut-il ressembler à une Barbie pour être féminine ? Faut-il se trimballer habillée tout en rose avec des talons, un full make-up, et se tortiller dans tous les sens pour être femme ? Ou faut-il tout simplement être belle ? Parce que si c'est le cas, j'en ai vu des joueuses de rugby tout aussi talentueuses que magnifiques. Prenons l'exemple de Pauline Bourdon ou encore Fiona Lecat de l'équipe française de rugby féminin. Et ce ne sont pas les seules. Je pense qu'il faudrait d'abord définir ce qu'est la féminité pour se permettre de juger ou non de sa présence. Quand bien on arriverait à la définir, ce qui à mon sens est très peu probable puisque c'est une notion relative, pourquoi faudrait-il classer les personnes ? Il faut savoir se défaire des préjugés et stéréotypes pour apprécier chacun à sa juste valeur et non essayer de façonner les gens par un moule normatif sexué.

Légende image principale: larepubliquedespyrenees.fr

Vous avez aimé? Partagez :

À voir aussi sur Outdooors :

Ça pourrait t'intéresser :