Quand le confinement prendra fin, je réaliserai mon rêve

Quand le confinement prendra fin, je réaliserai mon rêve

Étant, fan de football depuis toujours, j'avais le projet d'assister au moins à une rencontre. Cependant, pour l'instant, ce rêve est suspendu à l'évolution du coronavirus.

Les médias français évoquent malheureusement peu le football africain. Néanmoins, certains résultats sont tout de même médiatisés. Dans ces quelques articles ou documents, j'ai pu découvrir des images du championnat marocain ou des joutes continentales. M'asseoir dans les gradins pour l'une de ces confrontations était l'un de mes objectifs annoncés en venant ici. Il s'agissait même d'un rêve. Certains trouveront peut-être cela exagéré. Mais le football et son éco-système constituent une véritable passion. 

Arrivé au milieu du mois de janvier, je me suis d'abord installé et adapté remettant sans cesse à plus tard mon projet. Je pensais avoir du temps. Cependant, cette période coïncida également avec la diffusion hors de Chine du coronavirus. En Asie, en Europe et finalement en Afrique, l'épidémie s'est répandue sans se soucier des frontières ou des aspirations de chacun. Résultat, nous sommes désormais confinés. Et cela pour une durée indéterminée. Le temps risque de finir par manquer. Aujourd'hui, concrètement, je ne sais pas si j'aurais l'occasion d'aller dans ce fameux stade Mohammed-V. Les championnats pourront-ils même continuer ? Instances, dirigeants, joueurs, supporters et passionnés avancent à l'aveugle. Ainsi, les semaines à venir semblent favorables au fatalisme.

Au contraire cette période doit surtout constituer un déclic. Personnellement, je pense être capable de tirer une première leçon de l'épidémie. À partir de maintenant, et dans la mesure du possible et du réalisable, je ne laisserai plus ma passion dans l'hypothétique ou le probable. Plus que jamais, je suis déterminé à vivre cette dernière pleinement. Naïvement peut-être, j'y crois encore. 

PUBLICITÉ

Et lorsque je me projette, une chose m'apparaît comme une évidence. Quand tout sera terminé, mon premier geste consistera à acheter des places pour les prochaines rencontres du Wydad et du Raja. Que ce soit pour des affiches continentales ou de championnat. Je me vois déjà prendre le chemin du stade. Arriver au bord des travées et ressentir la passion monter progressivement. M'asseoir dans les tribunes. Goûter au parfum des grands soirs de Ligue des champions au cours desquels s'écrit l'histoire. Mais aussi éprouver la tension des matchs couperets pour la conquête d'un titre national. Observer les joueurs rentrer sur la pelouse accompagnés par des enfants aux étoiles plein les yeux. Lever la tête, et me retrouver à mon tour émerveillé par les tifos déployés. Promener mon regard et contempler ces tribunes parées de vert ou de rouge. Entendre l'arbitre siffler le début des hostilités. Exploser avec le reste du stade pour l'ouverture du score. En bref, vivre le sport tout simplement. 

Légende image principale: Les tifos du Wydad et du Raja ont une réputation mondiale (Source : www.moodmag.ma)

Vous avez aimé? Partagez :

À voir aussi sur Outdooors :

Ça pourrait t'intéresser :