Ces joueurs africains qui se sont fait leur place parmi les meilleurs du tennis mondial

Ces joueurs africains qui se sont fait leur place parmi les meilleurs du tennis mondial

Hormis les représentants marocains, d'autres athlètes africains ont également réussi à briller sur le circuit du tennis mondial. Retour sur ces joueurs, d'hier et d'aujourd'hui, qui ont porté au plus haut les couleurs du continent.

Yahiya Doumbia, Sénégal
Yahiaya Doumbia a été l'auteur d'une carrière honnête, marquée tout de même par deux coups d'éclats. Début 1988, l'athlète est alors 453ème mondial. Cependant, à l'Open de Lyon, il déjoue tous les pronostics et remporte le tournoi. À l'époque, il s'agit d'un exploit historique pour un joueur aussi mal classé. Cette année-là, le Sénégalais atteindra d'ailleurs son meilleur rang à l'ATP (74ème). Sept ans plus tard, il s'impose à Bordeaux en étant une nouvelle fois issu des qualifications. 


Nduka Odizor, Nigeria
Nduka Odizor est sans aucun doute à ce jour le meilleur joueur de tennis de l'histoire de son pays. En simple, le Nigérian s'est surtout signalé par quelques prestations mémorables. Notamment en 1983, lorsqu'il élimina Guillermo Vilas, membre du top 10, dès le premier tour de Wimbledon. Ou alors en 1987, quand il remporta au tournoi du Queen's un véritable marathon en trois sets contre Guy Forget 7-6, 4-6, 22-20. Par ailleurs, l'athlète fut nettement plus performant en double, décrochant sept titres et réussissant à se classer 20ème mondial. 

Ismail El Shafei, Egypte
Une victoire en simple à Manille en 1974, neuf en double. Des succès prestigieux chez les juniors comme à Wimbledon en 1963. Ismail El Shafei, c'est aussi des matchs de légende. Par exemple en 1974, il atteint les quarts de finale du Grand Chelem britannique après avoir sorti Bjorn Borg au troisième tour. Une belle carrière durant laquelle l'Égyptien s'est hissé jusqu'au 34ème rang à l'ATP. 

PUBLICITÉ


Byron Black, Zimbabwe
En simple, Byron Black réussit à intégrer le haut du classement mondial (22ème) lors de la saison 1996. Cependant, l'athlète était encore meilleur en double. Ainsi, le Zimbabwéen s'était par exemple imposé en Grand Chelem à Roland Garros en 1994. Accompagné de son frère, Wayne, les deux joueurs avaient amené leur pays jusqu'en quarts de finale de la Coupe Davis en 1998. Une performance historique.

 

Wayne Ferreira, Afrique du Sud
Wayne Ferreira fut l'un des joueurs les plus réguliers du circuit. Quinze titres en simple, 56 participations à des tournois du Grand Chelem en 14 ans de carrière. Son meilleur résultat, une demi-finale à l'Open d'Australie et une sixième place à l'ATP. Plus largement, l'Afrique du Sud a connu plusieurs champions dans son l'histoire. Kriek, Curren, Coetzer ont tous brillé sur le circuit. Aujourd'hui un représentant comme Kevin Anderson s'inscrit dans la lignée de ces formidables performances. 


Ons Jabeur, Tunisie
Avec Ons Jabeur, le tennis africain semble de nouveau pouvoir croire en son potentiel. En 2011, la Tunisienne remportait le tournoi junior de Roland-Garros. Mais surtout, il y a quelques mois, la joueuse s'est qualifiée pour les quarts de finale de l'Open d'Australie. Devenant ainsi la première femme du monde arabe à intégrer le top 8 d'un Grand Chelem. L'athlète semble progresser d'année en année. Le meilleur reste probablement encore à venir. 

 

Légende image principale: Ons Jabeur, la relève du tennis africain ? (Source : www.webdo.tn)

Vous avez aimé? Partagez :

À voir aussi sur Outdooors :

Ça pourrait t'intéresser :