La pré-fatigue en musculation : Quel intérêt ?

La pré-fatigue en musculation : Quel intérêt ?

Lorsque l'on effectue une série de squats dans le but de renforcer ses fessiers, il est possible à mi-chemin, de se rendre compte qu'ils ne sont pas sollicités, car seuls les quadriceps font tout le travail. Dorénavant, nous pouvons éviter cette situation ! Explications d'Outdooors.

Nous avons tendance à vouloir viser, lors de nos entrainements, un muscle précis pour obtenir des résultats plus remarquables. Voyons voir comment la méthode de la pré-fatigue peut s’avérer efficace dans ce cas-là.

D’abord, qu’est-ce que la pré-fatigue ?

Les adeptes de la musculation sont toujours à la recherche de la meilleure méthode pour développer leurs muscles. Beaucoup d’entre eux se penchent vers la technique de la pré-fatigue qui consiste à fatiguer le muscle ciblé à l’aide d’un exercice d’isolation avant de le solliciter avec un exercice polyarticulaire.

PUBLICITÉ

Comment ça marche ?

Pour vulgariser le concept, nous allons l’illustrer sous forme d’exemple : dans une séance de bas du corps où vous souhaitez mettre l’accent sur vos fessiers, vous devez les cibler avant de vous attaquer à l’ensemble du groupe musculaire, c’est-à-dire en les fatiguant au préalable pour les ramener au même niveau que vos quadriceps. C’est comme si vous « réveilliez » le muscle en retard. Pour y arriver, vous devez faire de longues répétitions (20 à 30) d’exercices tels que les relevés de bassin avec votre poids du corps ou avec des charges légères. Vous pouvez également utiliser des bandes élastiques. Par la suite, vous pouvez passer à vos séries de squats : vous allez sentir que vos fessiers brûleront en premier !

Cette technique optimisera donc remarquablement votre prise de masse et elle s’applique également sur d’autres groupes musculaires (par exemple les triceps face aux pectoraux, l'arrière de la cuisse face à l'avant, ...)

Et ses limites ?

Malheureusement, la pré-fatigue n’est pas applicable sur tous les muscles. Il faut également savoir gérer cette technique et de ne pas épuiser totalement le muscle : il faut garder en tête que vous le préparez à un exercice beaucoup plus intense : c’est pendant ce dernier qu’il se construit. La pré-fatigue est uniquement un moyen de l’amener à prendre le dessus sur vos muscles forts. N’intensifiez donc pas vos exercices de pré-fatigue !

 

N’oubliez pas que la musculation n'est pas une science exacte. Même si un programme d’entrainement s’est avéré efficace sur un grand nombre de personnes, cela ne veut pas dire pour autant qu’il aura le même effet sur vous : chacun sa morphologie ! Écoutez votre corps et usez de la technique de pré-fatigue pour équilibrer votre entrainement.

PUBLICITÉ

Légende image principale: Source : https://www.commeuncamion.com/2007/10/07/le-guide-pour-bien-debuter-la-musculation/

Vous avez aimé? Partagez :

À voir aussi sur Outdooors :

Ça pourrait t'intéresser :