Le K2, retour sur les « 8000 » les plus extrêmes au monde

Le K2, retour sur les « 8000 » les plus extrêmes au monde

Il y a quelques jours, une équipe d’alpinistes a réussi à gravir pour la première fois en hiver le K2, un des sommets les plus dangereux au monde. Une occasion de revenir sur ce massif qui en a vaincu plus d’un.

Nous sommes samedi 16 janvier 2021. Une équipe d’alpinistes népalais menée par Nirmal Purja et Mingma Gyalje Sherpa marquent l’histoire du sport. Ils réussissent à réaliser la première ascension hivernale du K2, deuxième plus haut sommet de la planète avec ses 8 611 mètres et le seul « 8 000 » à n'avoir encore jamais été gravi en hiver. 

Situé au Pakistan, dans le massif du Karakoram, à la frontière avec la Chine, le K2 est réputé comme étant l’une des montagnes les plus dangereuses au monde, et la seule à n’avoir jamais pu être gravie en hiver. La « montagne sauvage » comme on la surnomme doit sa réputation a des conditions climatiques et géographiques extrêmement sévères. En effet, en hiver des vents très violents peuvent souffler à plus de 200 km/h et les températures peuvent descendre jusqu’à -60°. En raison de sa position géographique, plus au nord que les autres « 8.000 », la pression atmosphérique y est plus basse et l'air donc encore plus rare.

L’ascension étant également très technique, rares sont les alpinistes qui s’y sont aventurés dans l'histoire, notamment en hiver. Un ensemble d’expéditions avaient auparavant tenté l’ascension hivernale, depuis la première tentative en 1987-1988 mais les courageux qui ont essayé n’ont jamais pu dépasser le seuil des 7 650 m. Les conditions n'étant pas aussi extrêmes en été, plus nombreuses sont les ascensions durant cette saison. La première remonte d'ailleurs à 1954 par les Italiens Lino Lacedelli et Achille Compagnoni. Les risques encourus restent toutefois très nombreux. En effet, plus de 80 personnes ont trouvé la mort, contre près de 450 qui ont réussi à gravir le sommet.

Malgré toutes les difficultés et tous les éventuels dangers, le K2 reste quand même le rêve de nombreux alpinistes qui espèrent un jour venir à bout du massif. C’est notamment le cas d’Ibrahim Bennouna. Cet alpiniste Marocain devenu ingénieur en Télécom en région parisienne, s’est fixé comme ambition de gravir le massif pour l’été 2022. Un objectif pas des moindres mais qu’il espère réaliser grâce à beaucoup d’entraînement. En 2021, il compte tout d’abord participer à deux triathlons extrêmes, un en Suède et un autre au Maroc, avant de venir à bout des massifs d’Elbrouz, du Kilimandjaro puis de l’Aconcagua. Il devrait également passer du temps dans le Valais sur les pentes du Cervin pour des aspects plus techniques. À l’issue de  ces entraînements, Ibrahim Bennouna pourrait être fin prêt à affronter la bête. Et s’il y parvient, il deviendra le premier Marocain et Africain à réussir l’ascension du K2.

PUBLICITÉ

Légende image principale: lequipe.fr

Vous avez aimé? Partagez :

À voir aussi sur Outdooors :

Ça pourrait t'intéresser :