Le marocain et la protéine : un amour plus tenace que la fonte !

Le marocain et la protéine : un amour plus tenace que la fonte !

Aujourd'hui, les jeunes sont de plus en plus obsédés par leurs corps. Les salles de sport sont pleines à craquer, mais les entraînements ne suffisent pas pour avoir un corps de rêve. La protéine, cette substance magique, comble ce manque.

Être ou paraître ? Quelques-uns ne choisissent pas, alors que d’autres se contentent du deuxième choix. De toute façon, ces deux gentes donnent une grande importance à l’apparence. Pour le cas d’un bon nombre de jeunes hommes, l’apparence idéale est d’avoir un corps musclé et tape à l’œil. Ceci explique l’affluence incroyable que connaissent les salles de sport, plus précisément de musculation, la Mecque des hommes (et des femmes aussi) en quête d’un corps parfait.

Nul ne peut nier l’effort colossal que nécessitent ces séances d’entrainement intensif. Pour tenir debout, il faut une réserve énorme d’énergie. Celle-ci vient en mangeant. Sauf que la nourriture des adeptes de la musculation n’est pas la même que les gens « ordinaires ». On arrive jusqu'à manger 6 plats par jour, riches de vitamines, de lipides facilement brulés mais surtout de protéines. Il arrive que l’amour entre un bodybuilder et la protéine soit plus sincère que celui d’un couple. Et c’est le cas au Maroc. Le bodybuilder marocain cherche la protéine partout où elle se cache, animale soit-elle ou végétale. Dans la volaille, le poisson, les produits laitiers, les féculents et autres. D’ailleurs, les aliments d’origine animale sont plus riches de protéine mais ceci n’empêche pas le bodybuilder de bénéficier de la protéine végétale.

PUBLICITÉ

A jamais insatisfait de la quantité de protéine qu’il dégage de ses plats, le bodybuilder en cherche davantage dans les compléments alimentaires et les produits industriels. Ce genre de produits répond aux attentes des bodybuilders. Ils permettent un apport calorique de qualité dont les composants aident à grossir la masse musculaire. En plus de la protéine, ils offrent des hydrates de carbone avec moins de sucre et des lipides facilement brulés pour déborder d’énergie. Au Maroc, les consommateurs  de la protéine industrielle préfèrent l’acheter depuis l’étranger, vu la cherté des produits dans le marché national. Un sachet de Mass Gainer serait le cadeau d’anniversaire idéal pour un bodybuilder marocain.

Au-delà de la surconsommation de la protéine, les marocains qui pratiquent la musculation leur arrive de penser et d’agir bizarrement. Suivre un régime alimentaire de 6 repas par jour est plutôt acceptable, mais gober une trentaine de jaune d’œuf par jour demande un estomac à 5 cylindres. Le moment où le marocain décide de faire la musculation, il commence à manger des bizarreries à des moments improbables. Dans ses conversations, avec ses semblables qu’il côtoie dans les salles de sport ou ailleurs, il ne parle pas d’autre chose que la musculation, son unique centre d'intérêt.

A part les risques physiques que les bodybuilders peuvent courir, à cause d’une consommation non modérée des Mass Gainer, tels que la nausée, l’épuisement, les maux de tête et d’abdominaux ; le bodybuilder est exposé également à des maladies psychiques. Il n’y a rien de mal à prendre soin de son corps, le perfectionner et l’aimer. Mais il arrive que cette attention excessive et exagérée qu’on prête à son corps devienne maladive. Mettre des t-shirts serrés pour exposer son corps et impressionner les filles, s’attendre à une pluie de compliments, sont des symptômes d’un narcissisme en évolution. Dire à un bodybuilder qu’il a maigri pourrait l’entraîner dans un état mélancolique. Il n’accepte absolument qu’on critique son physique. Et pendant le mois du Ramadan, le culturiste marocain voit son âme à terre, le moral dans les chaussettes. Il perd quelques kilos et la bonne humeur avec.

Se donner corps et âme à un sport, est un acte noble. Le bodybuilding est une passion pas comme les autres. La jeunesse marocaine nourrit cette passion par son amour à la protéine. Mais il faut bien gérer sa consommation, parce que, comme dit le dicton en arabe « l’amour pourrait être fatal ».

Vous avez aimé? Partagez :

À voir aussi sur Outdooors :

Ça pourrait t'intéresser :