Le Parkour et le Maroc, toute une histoire

Le Parkour et le Maroc, toute une histoire

Le Parkour, un sport en pleine expansion à l’échelle mondiale mais pas au Maroc. Malgré les initiatives prises par des jeunes épris de cette discipline, le Parkour reste marginalisé au royaume. Une problématique que tous les adeptes et les associations de ce sport tentent de résoudre, mais en vain.

La jeunesse est un capital humain non négligeable compte tenu de sa capacité à contribuer fortement dans la croissance des richesses de tout un pays. Mais malheureusement des jeunes marocains emplis d’énergie positive ne trouvent pas des moyens pour mettre leur talent et leur potentiel artistique ou intellectuel au profit de leur pays.

C’est le cas des passionnés du déplacement urbain au Maroc.  Bien que ce sport ait fait son entrée au royaume depuis 2004, il demeure quand même marginalisé et méconnu. Les amoureux de l’art du déplacement ont fait ces dernières années de belles initiatives pour promouvoir cette discipline au Maroc à travers la création d’une association marocaine de Parkour et l’organisation des évènements et des rencontres avec des écoles internationales.

Rencontre internationale avec les écoles de Parkour

PUBLICITÉ

Inspiré par le film célèbre Yamakasi sorti en France 2001, un groupe de jeunes marocains ont commencé à organiser des séances d’entraînements quotidiennes avant qu’ils ne fondent l’association Marrakech Parkour. Les membres actifs de cette association ont organisé en 2017, en collaboration avec l’Institut Français une rencontre internationale avec les écoles de Parkour.

Cet évènement  a rassemblé des traceurs provenant de France, de Suisse et de Roumanie. Des écoles de renom ont également pris part à ce rendez-vous international à savoir l’École de Parkour de Lyon, L’École de Parkour 37 de Tours, L’Art du déplacement Academy Évry et l’École de traceurs de Bucarest.  

Cette démarche avait pour mission de proposer aux participants des ateliers animés par des traceurs professionnels portant sur les enjeux liés au Patrimoine. Des sessions de Parkour ont également eu lieu avec comme axe principale: le Patrimoine de la ville de Marrakech, des formations ont également été proposées aux techniques marocaines.  Ces efforts consentis par ces jeunes illustrent parfaitement leur désir de faire populariser le Parkour au royaume et conscientiser l’état de l’importance qu’il représente pour eux.

Collectif Jlafet

De telles actions se sont effectuées également à Tanger par un collectif nommé Jlafet. Initié par un jeune tangérois s’appelant Ibra, ce groupe de traceurs sont allés jusqu’à l’organisation des ateliers hebdomadaires pour transmettre cet art aux jeunes de la ville du détroit et leur inculquer la culture de Parkour, afin qu’ils parviennent à représenter le Maroc dans des compétitions internationales.

PUBLICITÉ

Mais il existe un obstacle majeur qui entrave le travail entrepris par ces jeunes. Sur son site, la Fédération  Royale Marocaine des Sports Urbains et Sports Similaires n’a pas manqué d’affirmer que le manque de soutien et des espaces  professionnels consacrés à la pratique de cette discipline empêche l’évolution du Parkour au Maroc, ce qui expose les traceurs marocains à de graves accidents. 

 

Légende image principale: Parkour

Vous avez aimé? Partagez :

À voir aussi sur Outdooors :

Ça pourrait t'intéresser :