Les anciens abattoirs de Casablanca, quand l'art urbain se démocratise

Les anciens abattoirs de Casablanca, quand l'art urbain se démocratise

Véritable friche culturelle, les anciens abattoirs de Casablanca sont aujourd'hui un lieu emblématique pour les tous les artistes urbains.

Avant, ce n'était qu'un simple bâtiment abandonné datant des années 1920, aujourd'hui c'est un des lieux phares de la scène artistique  urbaine à Casablanca. Les locaux le reconnaitront surement. Il s'agit bien évidemment de la fabrique culturelle des anciens abattoirs de Casablanca. Ce nid  d'artistes qui apporte un nouveau souffle à la capitale économique.

Situé au milieu du quartier populaire de Hay Mohammadi, les anciens abattoirs ont longtemps été abandonnés avant d'être transformées, en 2009 à l’occasion des transculturelles, en un espace de création artistique urbaine pour toutes les disciplines et artistes underground. Danseurs, musiciens, acrobates, cascadeurs ou encore graffiteurs, ils sont des centaines à se réunir dans cette fabrique culturelle pour donner vie à des spectacles et des représentations des plus extraordinaires. Différentes disciplines, différents talents mais un seul point en commun : leur passion pour l'art. 

Et contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent, les anciens abattoirs ne sont pas un lieu de rassemblement de "marginaux". Bien au contraire, la fabrique accueille un grand nombre de collectifs et d'artistes de calibre tels que le Théâtre Nomade, le groupe de cirque Colokolo ou encore la compagnie de cirque Cie-Accroche toi ! Créée par l'artiste de cirque et interprète Saïd Mouhssine. Des festivals y sont également organisées, L'Boulevard en l'occurrence, des défilés de mode, des concours de danse et des concerts. C'est un des rares endroits de la capitale où le maître-mot est l'Art et l'expression de l'Art, où tout le monde peut accéder sans exception. Un espace où tout le monde peut s'exprimer artistiquement sans contraintes, ni pression. Une véritable échappatoire pour les artistes urbains. 

PUBLICITÉ

Malheureusement (il faut toujours qu'il y en ait un), et comme bon nombre d'espaces artistiques, l'endroit a plusieurs fois été menacé de fermeture pour des causes dites de "sécurité". De nombreux événements ont été annulés ou mis en instance. Beaucoup d'artistes se sont fait interdire l'accès. Pourquoi donc tout ça ? Comment un endroit dont le seul objectif est de démocratiser l'art en général et de promouvoir les arts urbains en particulier peut-il être dangereux ? Et quand bien même cela serait vrai, n'est-il pas possible de mettre sur pied des projets pour "sécuriser" le lieu ?  N'est-il pas possible de faire des efforts pour entretenir la seule échappatoire des artistes urbains de Casablanca ? Comme le rapportent si bien les murs de la fabrique "cherche pas à comprendre". 

En tout cas une chose est sûre, tant qu'ils en auront la possibilité, les artistes ne cesseront de batailler pour maintenir leur espace en vie. 

Légende image principale: m.le360.ma

Vous avez aimé? Partagez :

À voir aussi sur Outdooors :

Ça pourrait t'intéresser :