Portrait : Elisabeth Revol, la revenante

Portrait : Elisabeth Revol, la revenante

Après un tragique accident en 2018, Elisabeth Revol est prête à reconquérir les montagnes. Retour sur le parcours de cette miraculée.

Déterminée est bien un mot qui décrit Elisabeth Revol. Cette Française de 40 ans a décidé de consacrer sa vie à sa passion : l'alpinisme. Et pour ce faire, elle n'hésite pas à enchaîner les ascensions.

La Drômoise commence l'escalade à l'âge de 19 ans. Cet amour, transmis par ses parents, la suivra toute sa vie.

En 2006, elle réalise son premier 6000 m. Dès lors les ascensions s'enchaînent. Trois sommets de plus  de 8000 m, en solitaire, sans oxygène en 2008 : le Broad Peak, le Gasherbrum I et le Gasherbrum II. Elle enchaîne avec l'Annapurna I en 2009. En 2015, elle tente, avec Tomasz Mackiewicz, un premier essai de la montagne Nanga Parbat. Mais ils ne parviennent pas à atteindre le sommet. Ils réussissent cependant à réaliser un record : ce sont les premiers à atteindre cette altitude en style alpin. En 2017, c'est au tour du Lhotse. Sommet qu'elle escalade sans oxygène et en solitaire.

PUBLICITÉ

La passion d'Elisabeth Revol n'a pas de limite. Au point qu'en 2010, elle abandonne son métier de professeur de sport pour devenir grimpeuse professionnelle.

Mais en janvier 2018, Elisabeth a failli laisser sa vie lors d'une troisième tentative d'ascension de la "montagne tueuse", Nanga Parbat. Alors qu'elle atteint le sommet de la montagne avec son compagnon de cordée Tomasz Mackiewicz, celui-ci est atteint de cécité des neiges et d'œdème pulmonaire et cérébral. L'alpiniste quitte la vie à des milliers de mètres d'altitude. Elisabeth, quant à elle, obligée d'abandonner son compagnon, survit malgré plus de 70 heures en altitude, dans un froid extrême, sans eau, nourriture et équipement. Atteinte de gelure, elle échappe par miracle à l'amputation. En octobre 2019, elle sort un livre intitulé "Vivre", dans lequel elle relate ce chapitre douloureux de sa vie. 

Si l'épreuve a été un coup dur, rien n'arrête cette alpiniste au moral d'acier. En mai 2019, un an et demi après le terrible drame, Elisabeth reprend son activité en escaladant l'Everest. Comme un ne suffit pas, elle enchaîne le lendemain avec Lhotse. D'autres projets sont également en gestation, mais, l'alpiniste préfère garder le secret pour l'instant.

Aujourd'hui, Elisabeth ne compte pas baisser les bras. Même s'il lui a fallu du temps pour retrouver son énergie, elle est plus déterminée que jamais à poursuivre son parcours.

Légende image principale: Source : Le Parisien

Vous avez aimé? Partagez :

À voir aussi sur Outdooors :

Ça pourrait t'intéresser :