Samir Azzimani, le porte-drapeau du ski marocain

Samir Azzimani, le porte-drapeau du ski marocain

Natif de Levallois-Perret, Samir Azzimani aurait pu exercer en France où le ski est plus structuré et reconnu. Pourtant il a préféré représenter le Maroc dont ses parents sont originaires. S'il n'a pas de médaille olympique ou mondial, cet athlète n'en est pas moins important pour le sport national.

Né en 1977 en banlieue parisienne, Samir Azzimani découvre les sports d'hiver à l'âge de 6 ans. En 1992, la participation d'une délégation marocaine aux JO d'Albertville retient son attention. À compter de cette date, le jeune skieur souhaite porter les couleurs du pays de ses ancêtres. Dès lors, il va travailler pour réaliser ce rêve. Son parcours est d'abord marqué par des échecs. Le spécialiste du ski alpin manque la qualification en 2002. Puis, il se blesse en 2006. Mais Samir Azzimani n'abdique pas et finit par décrocher son billet en 2010. Il terminera 44ème du Slalom et 74ème du Géant. Néanmoins, l'important n'est pas tant le résultat. Sa présence marque le retour du Maroc aux olympiades hivernales, dont le pays était absent depuis 1992. Une victoire en soi. 

Le porte-drapeau à Vancouver se signale de nouveau en 2018. S'il n'est pas du voyage en 2014, il se lance un dernier pari : prendre part aux épreuves de ski de fond lors des JO de Pyeongchang. Après un travail physique acharné, le Marocain obtient son ticket pour la Corée du Sud. Il devient alors le premier athlète de l'histoire olympique à participer aux échéances alpines puis nordiques. Ainsi, Samir Azzimani appartient à ces individus dont les exploits dépassent le prisme du résultat. Il est avant tout un modèle de dévouement et d'abnégation. En témoigne sa traversée du Maroc en ski à roulettes, réalisée dans le cadre de ses entraînements en 2013. 

De plus, le sportif utilise également sa discipline pour devenir un entrepreneur social. Déjà en 2010, il avait emmené à Vancouver des jeunes issus des quartiers défavorisés français. Mais le skieur œuvre également pour son pays d'origine. Dans un reportage disponible sur YouTube sur la chaîne Ultrasport7, on le voit donner des cours à des jeunes locaux sur les pentes de l'Atlas. En 2012, il organise aussi un échange entre des enfants Russes et Marocains. Au-delà de se limiter à la pratique de son sport, il témoigne ainsi d'une volonté de transmettre sa passion.

PUBLICITÉ

Il applique ensuite cette philosophie à un ensemble plus large. Le skieur participe notamment à la fondation de l'ESMI. Cette association a été créée pour soutenir et aider les athlètes marocains. Samir Azzimani fait partie de ces acteurs binationaux qui croient dans le potentiel sportif de leur pays d'origine. Depuis près de 20 ans, il en est l'un de ses ambassadeurs et de ses promoteurs les plus engagés. Son parcours et son dévouement constituent une source d'inspiration pour les instances nationales. Un tel engagement associé à des mesures fortes pourraient favoriser le développement de vocations au sein de la jeunesse marocaine. Que ce soit pour le ski ou d'autres disciplines. 

Légende image principale: Samir Azzimani lors des Jeux olympiques de Vancouver (Source : www.europe1.fr)

Vous avez aimé? Partagez :

À voir aussi sur Outdooors :

Ça pourrait t'intéresser :