Sport et investissements, où en est le Maroc ?

Sport et investissements, où en est le Maroc ?

L'investissement est la clé de voûte de tout secteur, y compris le sport. Qu'en est-il du Maroc alors ?

Le sport est en constante évolution au Maroc. Malgré de nombreux problèmes, le pays essaie tant bien que mal de s'imposer grâce à ce secteur qui une fois bien exploité peut constituer un important facteur de développement économique et social. Et pour ce faire, il faut investir dans le secteur. Un point dont le pays est conscient et qu'il tente d'exploiter.

Heureusement, le Maroc est un pays propice à l'investissement sportif. Le Royaume accueille chaque année un grand nombre d'évènements sportifs qui attirent des participants de tous les coins du globe. Le secteur englobe également plusieurs sous-secteurs que ce soit en infrastructure et équipement, en services (loges, restaurants panoramiques, salles de conférence et de séminaires, organisation d’évènements, etc), en sécurité (formation des stadiers qui encadrent les supporters, portiques et tourniquets de sécurité, gestion des flux, etc), en marketing, ou même en électronique (tableaux d’affichage, éclairage de terrain, vidéosurveillance, billetterie, etc) qui constituent une bonne matière première pour de futurs projets. Sans parler du tourisme sportif qui prendre de plus en plus d'ampleur. 

D'après les chiffres d'une étude réalisée sur le marché du sport au Maroc, le pays serait le 1er pays en Afrique en termes d’investissements dans le sport. Toutefois, la plupart de ces investissements proviennent des pouvoirs publics. En effet, l'État détient la part de lion en matière d'investissement sportif. En 2020, le budget national alloué au secteur devait s'élever à environ 2,5 milliard de DH (253 millions d'euros), soit une augmentation de 10 % par rapport à l'année 2019. Ce budget était en grande partie dédié aux infrastructures notamment la construction de 800 terrains de proximité, la construction et la rénovation des grands terrains, l’aménagement et équipement des infrastructures sportives à l’échelle nationale (30 salles omnisports, 15 piscines, CSP…) ainsi que l'optimisation des procédures de gestion des installations sportives. Et bien que le programme n'ait pas pu être concrétisé en raison de la pandémie, il nous donne une idée sur le degré de participation de l'État. 

PUBLICITÉ

Pour ce qui est du secteur privé, les investissements ne coulent peut-être pas à flot, mais les initiatives d'entrepreneuriat sportif commencent à se faire remarquer.  En effet, plusieurs startups sportives ont vu le jour ces dernières années et dont l'objectif principal est de développer le sport national et lui redonner un nouveau souffle. Nous pouvons notamment citer, SportOMaroc.ma créée il y a quelques années par deux jeunes entrepreneurs. La plateforme se présente sous la forme d'une base donnée regroupant l’ensemble des clubs sportifs, des centres de loisirs, des coachs et des événements sportifs du pays. Elle est considérée comme étant le 1er guide dédié aux activités sportives et de loisirs au Maroc. En 2017, la startup a été Lauréate du Réseau Entreprendre Maroc et nommée Sacrée start-up lors du Salon International du Sport et des loisirs de Casablanca la même année. Dans la même optique, Ghita Chafik, championne marocaine de Ju-Jitsu, en créant il y a quelques mois son académie de l’éducation par le Ju-Jitsu à Casablanca, à l'issue d'un accompagnement par le programme Intilaqa.

Bien évidemment, ces projets ne sont pas les seuls, d'autres initiatives ont également vu le jour au cours de ces dernières. Des projets aussi innovants qu'ambitieux et dont le seul est unique objectif est de promouvoir le sport et le développement par le sport.

Légende image principale: skyminds.net

Vous avez aimé? Partagez :

À voir aussi sur Outdooors :

Ça pourrait t'intéresser :