Sport pour tous : le powerlifting, et rebelote...

Sport pour tous : le powerlifting, et rebelote...

Dans le dossier sport pour tous, nous nous intéresserons cette semaine au powerlifting.

Dans la liste des sports pratiqués par les personnes handicapées, on retrouve le powerlifting. Également appelé force athlétique, le powerlifting est un sport dérivé de l'haltérophilie. Au handisport, la discipline se limite exclusivement à la pratique du "développé-couché". Le sportif, allongé sur un banc, soulève la barre sur laquelle sont suspendus des poids. Le powerlifting respecte les règles établies par le comité international olympique. Le principe est le même que la pratique classique. Toutefois, certains changements se font en fonction du handicap. Par exemple, le banc paralympique est plus long et plus large que le banc valide pour faciliter l'accès aux sportifs.  Et contrairement à certains handisports, les pratiquants du powerlifting sont regroupés en fonction du poids non du handicap. Ainsi, toutes les catégories de handicap peuvent y avoir accès, les paralysés, les amputés de membres inférieurs, les personnes de petite taille, les malvoyants, etc. La seule condition est de pouvoir tendre les bras. Toutefois, seuls les handicaps physiques peuvent avoir accès aux  compétitions internationales.

Pour s'intéresser à un sport, il vaut inévitablement s'intéresser à sa notoriété. Et qui dit notoriété, dit reconnaissance paralympique. Le powerlifting a officiellement intégré les Jeux paralympiques en 1964 à Tokyo. Aujourd'hui, la discipline fait de plus en plus d'adeptes dans le monde. Plusieurs pays organisent chaque année des championnats et des tournois nationaux en plus de quelques compétitions locales ou entre clubs. La discipline fait également l'objet d'un championnat du monde où des sportifs venus des quatre coins du globe s'affrontent.

Au Maroc, la discipline fait progressivement ses pas. Et cela depuis plusieurs années. En 2009, le pays avait organisé le premier Championnat maghrébin de powerlifting à Salé. Un événement qui a connu la participation de plusieurs nations notamment l'Algérie, la Tunisie, la Libye, et l'Egypte et l'Espagne en tant qu'invité d'honneur. Plus récemment, le Maroc a réussi à se faire remarquer lors de sa participation, en 2018, au championnat d'Afrique de powerlifting avec 4 médailles, 3 en argent et une en bronze. Merci à Abderahmane El Ammari, Karima Rami, Soubane Sana, et Najat El Garaa. Cette dernière, bien qu'elle soit spécialisé dans le lancer de disques, avait décidé en 2017 de se tourner vers cette nouvelle discipline qu'elle ne maîtrisait pas totalement. Et pour une débutante, le pari est plutôt bien gagné puisqu'elle se placera durant le championnat d'Afrique à la deuxième marche du podium.

PUBLICITÉ

Ces réalisations, bien que peu connues,  donnent chaque jour un souffle à la discipline et lui permettent de persister. Toutefois - et je pense que cette conclusion peut être appliquée à tous les handisports, mis à part peut-être l'athlétisme - ces disciplines pâtissent encore d'un manque de visibilité et de reconnaissance de la part de tous les acteurs sportifs. Pourtant, les efforts fournis par la fédération d'un côté et les sportifs de l'autre ne sont guère négligeables. Au contraire, comme nous avons pu le voir tout au long de ces articles, chaque handisport dispose d'un potentiel et de talents qui ont juste besoin d'un soutien, moral soit-il ou financier, pour briller encore davantage. Car c'est grâce à ces sportifs que le handisport marocain sera porté aux rangs internationaux.                                                                                                                          

Légende image principale: lematin.ma

Vous avez aimé? Partagez :

À voir aussi sur Outdooors :

Ça pourrait t'intéresser :