Taekwondo : Jaouad Achab, le champion du monde belgo-marocain

Taekwondo : Jaouad Achab, le champion du monde belgo-marocain

Jaouad Achab est né en 1992 à Tanger et pratique le taekwondo depuis son plus jeune âge. Il aurait pu devenir le porte-drapeau d'une discipline, aujourd'hui en plein essor au Maroc. Pourtant, c'est bien sous les couleurs de la Belgique que l'athlète brille sur la scène mondiale.

Jaouad Achab commence sa passion dans son pays natal. Ses victoires chez les cadets et les juniors dans plusieurs tournois nationaux révèlent son talent aux yeux de tous. Mais le jeune taekwondoïste voit déjà plus loin, lui qui rêve de participer un jour aux Jeux olympiques. Cependant, l'adolescent ne peut exprimer pleinement son potentiel. Il évoque sa situation dans une interview disponible sur la chaîne Tarmac sur YouTube. Ainsi, malgré ses résultats, il n'a jamais été sélectionné dans les catégories de jeunes pour défendre les couleurs du Maroc. Sa famille décide donc de partir en Belgique en 2010, notamment pour favoriser son éclosion sportive. 

S'il commence comme sparring-partner, son talent est vite remarqué. Finalement, Jaouad Achab obtient la nationalité belge trois ans plus tard. Dès lors, il participe aux compétitions continentales et internationales. Et les médailles ne tardent pas à s'enchaîner. En 2014, 2016 et 2019, le combattant est sacré champion d'Europe. En 2015, il remporte les Championnats du monde, avant d'obtenir le bronze l'année dernière dans cette même compétition. L'athlète a tout simplement marqué l'histoire de son sport et celle de son pays d'adoption. Ainsi, il est le premier sportif belge à décrocher un titre mondial dans une discipline olympique. Le Maroc peut s'en mordre les doigts. 

D'autant plus que, le taekwondo national n'est pas en reste. Les performances lors des éliminatoires pour les JO le prouvent. Le pays dispose de représentants talentueux. Un potentiel confirmé par Jaouad Achab. Mais une ombre vient noircir ce tableau. En effet, les fédérations sont toujours à l'origine de décisions étranges. Le sportif belgo-marocain n'a jamais su la raison de ses non-sélections. Encore aujourd'hui, ces problèmes semblent persister. Dernièrement, le cas Fatima Zahra Abou Faras peut en témoigner. Malgré sa médaille d'or aux derniers Jeux olympiques de la jeunesse, l'athlète a été écartée du tournoi de qualification. La fédération avait justifié sa décision en évoquant une blessure. Une version réfutée par la combattante et son entourage. 

PUBLICITÉ

Un travail important a été effectué par les instances sportives marocaines. La fédération de taekwondo en est un exemple. Les récentes qualifications pour les JO 2020 sont venues récompenser le travail accompli. Mais les dirigeants prennent parfois des décisions peu compréhensibles sur le plan sportif. Ainsi, les meilleurs éléments ne sont pas toujours appelés pour défendre le drapeau marocain. On peut regretter qu'un talent comme Jaouad Achab n'ai pas eu l'opportunité d'être le porte-étendard de cette belle génération. Et malgré cette expérience, le risque de réitérer ce genre d'imbroglio semble bel et bien exister. Encore une fois. 

Légende image principale: Jaouad Achab en action (Source : www.lacpitale.be)

Vous avez aimé? Partagez :

À voir aussi sur Outdooors :

Ça pourrait t'intéresser :